Votre espace client Aller dans mon espace client

Mutuelle profession libérale | Apivia

Profession libérale et travailleur indépendant : comment choisir sa mutuelle ?

Contrairement aux salariés qui profitent automatiquement d’une mutuelle d’entreprise, les personnes qui exercent en tant que profession libérale doivent souscrire elles-mêmes une complémentaire santé. Souscrire une bonne mutuelle pour profession libérale se révèle d’ailleurs capital pour réduire leurs dépenses de santé, bien qu’il n’existe aucune obligation légale.

Vous exercez une profession libérale réglementée par un ordre professionnel (architecte, médecin, avocat…), par le service public ou ministériel (greffier, huissier, notaire…) ou par le code de la santé publique (diététicien, infirmier libéral, masseur-kinésithérapeute…) ? Quelle que soit votre profession, Apivia vous propose une mutuelle pour les indépendants adaptée à vos besoins.

Pourquoi les professions libérales ont-ils tout intérêt à souscrire une mutuelle ?

Les professions libérales peuvent profiter, tout comme les salariés, d’une couverture santé minimum garantie par la Sécurité Sociale. Toutefois, la Sécurité Sociale est bien loin de prendre en charge l’intégralité des dépenses de santé de ses assurés.

En effet, s’il est possible de bénéficier d’un bon niveau de remboursement pour les soins et actes médicaux courant et entrant dans le cadre du parcours de soin coordonnée, l’Assurance Maladie rembourse très mal certains postes de soins, à l’image :

  • Des frais d’hospitalisation
  • Des frais dentaires
  • Des frais d’optique
  • Des frais d’audiologie
  • Des dépassements d’honoraires des médecins

Une mutuelle reste donc primordiale pour toutes les professions libérales, qu’elles aient des soucis de santé (maladie, antécédents familiaux, problèmes de vue, de dents…) ou non, car personne n’est à l’abri d’une hospitalisation (accident de voiture, pathologie soudaine, etc.). En cas de besoin, la mutuelle permet aux professions libérales de ne pas voir leurs frais de santé grimper soudainement, au point d’en venir à sacrifier leur santé par manque de budget.

Comment choisir sa mutuelle quand on exerce en tant que profession libérale ?

Si vous exercez une activité complémentaire en tant que salarié ou que votre conjoint(e) est salarié(e), vous pouvez prétendre à une mutuelle d’entreprise vous faisant bénéficier au minimum du panier de soins ANI. Le panier ANI intègre :

  • Le remboursement à 100 % du ticket modérateur
  • Le remboursement intégral du forfait journalier hospitalier
  • Des garanties minimales sur des soins dentaires et optiques

Si vous n’exercez qu’en tant que profession libérale et que ne pouvez pas profiter d’une mutuelle en tant qu’ayant droit, vous devez donc choisir votre propre complémentaire santé. Vous ne serez pas soumis à la loi ANI et vous pourrez sélectionner n’importe quel type de contrat de mutuelle. Il vous faudra donc choisir le contrat de mutuelle qui correspond le mieux vos besoins de santé.

Par exemple, si vous portez des lunettes ou si vous avez des problèmes de dents, il peut être intéressant d’opter pour une mutuelle vous faisant profiter de garanties intéressantes sur ces types de soins. Il en va de même si avez de jeunes enfants à qui vous souhaitez faire profiter de votre mutuelle en tant qu’ayant droit, car ils ont souvent besoin de soins d’orthodontie ou de lunettes vers l’âge de cinq ans.

En outre, si vous êtes attaché au bien-être, sachez que certaines mutuelles proposent des participations aux remboursements pour des actes de médecine douce, des cures thermales, des abonnements sportifs…

Quoi qu’il en soit, il se révèle capital que votre contrat de mutuelle intègre le remboursement du forfait journalier hospitalier ainsi que la prise en charge à 100 % du ticket modérateur qui représentent des postes de dépenses de santé très importants.

La loi Madelin pour réduire son revenu imposable via sa mutuelle

La souscription à une complémentaire santé représente un coût financier important pour les professions libérales. Elles doivent assumer cette dépense à 100 % contrairement aux salariés pour lesquels l’employeur est obligé de prendre en charge au moins 50 % des frais de mutuelle d’entreprise. Toutefois, les professions libérales peuvent profiter de la loi Madelin pour réduire leurs dépenses de santé. Grâce à la loi Madelin, les indépendants peuvent déduire de leurs revenus imposables leurs cotisations de mutuelle, mais aussi leurs contrats de prévoyance santé et retraite.

Pour ce faire, elles doivent souscrire un contrat de complémentaire santé responsable et solidaire et être imposées dans la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) ou des Bénéfices Non Commerciaux (BNC). De son côté, la déduction fiscale est aussi limitée à un montant qui évolue en fonction du PASS (Plafond annuel de la Sécurité Sociale), des cotisations de l’assuré et de ses revenus.