Votre espace client Aller dans mon espace client

APIVIA, de nouveau leader

APIVIA, de nouveau leader
mardi 12 janvier 2021

APIVIA, de nouveau leader

Quelle extraordinaire remontée ! APIVIA et Charlie occupent de nouveau, tous les deux, la tête du classement de ce 9è Vendée Globe. 7,46 petits milles (13,82 km) d’avance sur le second Thomas Ruyant (LinkedOut), Yannick Bestaven (Maître CoQ) glissant 3 e au classement de 9 heures ce matin. Mais rien n’est pour autant joué, car après cette impressionnante performance, Charlie reste au contact de ce front froid (limite entre deux masses d’air) qu’il se doit de terminer de perforer ce jour.

Incroyable scénario… Peu de superlatifs sont assez forts pour exprimer ce qu’il est en train de se passer au large du Brésil après 65 jours de course, soit vers la latitude de Cabo Frio, petite cité balnéaire Atlantique située dans l’état de Rio de Janeiro. Première chose, Charlie sur APIVIA a gagné en quelques 96 heures, la bagatelle de 450 milles (833 km) sur Yannick Bestaven (Maître CoQ), solide leader depuis 17 jours. Deuxième chose et non des moindres, APIVIA est ce matin LE nouveau meneur de ce 9e Vendée Globe. C’est au classement de 22h00 hier soir que la nouvelle tombait : « APIVIA est de nouveau en tête de la course et compte 20,39 milles (37,8 km) d’avance sur le second ». Impressionnant ! Charlie a optimisé sa trajectoire, peaufiné ses réglages pour pousser APIVIA au top de ses performances, profitant d’un flux dépressionnaire de Sud-Ouest qui lui aura permis, dans un premier temps, de revenir sur la tête de la course laissant pleinement exprimer les fabuleuses performances de son monocoque de dernière génération. Il faut dire que devant, la situation était complexe, très complexe… L’élastique a joué – pour une fois – en la faveur d’APIVIA et Yannick Bestaven (Maître CoQ) a buté plusieurs jours sur un mur, un front froid planté au large des côtes cariocas, qui n’en finissait pas de prendre ses aises. Un vrai front froid, typique de cet endroit, qui perturbe ciel et vent avec au menu : nuages avec de probables perturbations et vent asthmatique avec de possibles quintes de toux.

Pas simple… Un vrai garde-barrière de près de 2 000 milles (3 704 km) de long pour 300 (555 km) de large qui bloquait littéralement l’accès à l’alizé de l’hémisphère Sud. « Ce front froid semi-permanent est un phénomène météo qui est presque toujours présent dans cette zone. Il débute à Cabo Frio et s’étend vers le Sud-Est, explique Charlie ce matin. Cette zone de transition a joué le premier rôle ces derniers jours. Yannick y est rentré le premier, il a buté dedans un peu plus tôt, tandis que nous bénéficions d’un vent plus soutenu à l’arrière, qui nous a permis de remonter à vive allure sur lui. Le 2e phénomène qui est entré en jeu (dans la redistribution des rôles), c’est que, étant décalé vers l’Ouest, Yannick est dans un angle de vent moyen un peu moins favorable, avec du vent presque de Nord. Hier et avant-hier, je vivais des passages à 24 nœuds de moyenne tandis qu’il avançait à 5 nœuds. Forcément, la marge se réduit à vitesse grand V. » La parfaite trajectoire, le parfait positionnement, le parfait timing ! Chapeau bas Charlie…

Le mot à retenir

Charlie Dalin (Skipper d’APIVIA) : « Je suis content d’être autant revenu aux affaires ! Il y a 4 jours, j’avais 450 milles de retard. Si on m’avait dit que je prendrais la tête de course quatre jours plus tard, je ne l’aurais pas cru. C’est un lit d’avance bien mince : Thomas est à 18 milles, Yannick à 25, il y a peu d’écart, mais je suis content d’être de nouveau dans le match. C’est super qu’il y ait eu une opportunité. » 

Verdict demain !

Rappelons qu’il est important de souligner toute l’importance de sortir en premier de cette zone de non droit. Toucher en premier ce flux salvateur qu’est l’alizé (tout d’abord un vent de Nord-Ouest, puis d’Ouest en remontant vers l’équateur) permettra alors de glisser tribord amures (vent venant de la droite) vers le Pot au Noir, d’un seul trait. Un long bord de 1 500 milles (2 778 km) où aucune option tactique ne pourra être vraiment tentée et où seule la vitesse sera l’élément différenciant… Aussi, ce matin 9h00 que peut-on constater ? APIVIA et Charlie ont t’ils vraiment trouvé la brèche, cette fissure dans cet imposant mur ? « Rien n’est encore joué, le vent n’est pas établi dans la zone dans laquelle je navigue. Je vois encore 24 heures de vents instables en force et en direction. Tant qu’on n’aura pas récupéré du vent plus constant, il se passera encore des choses. On pourra faire les comptes dans la nuit prochaine. Au classement de 5 heures, on saura qui a le mieux travaillé. L’état des bateaux va jouer. Je me doute que tout le monde n’est pas à 100%, personne ne l’est, mais qui a quoi ? Je sais ce que j’ai : je suis handicapé par mon foil bâbord. On verra les performances quand le vent sera établi, ce n’est pas la peine de faire des conclusions dès maintenant. On verra si les jeux de voile sont touchés. Je touche du bois, je n’ai pas de problèmes de voiles. Pourvu que ça dure ! ». Oui, Charlie a trouvé le bon mot : pourvu que ça dure…

Charlie, ce mardi matin

Repères APIVIA Vendée Globe 2020/21

  • Date et heure de la news : mardi 12 janvier – 9h00
  • Classement : 1e 
  • Avance sur le 2e : 7,46 milles (13,82 km)
  • Vitesse : 6,14 nœuds (11,37 km/h)
  • Cap : 340°
  • Distance à l’arrivée : 4 644,08 milles (8 600,84 km)