Votre espace client Aller dans mon espace client

IMOCA APIVIA

Charlie Dalin à l’assaut de la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne

Il attend la reprise de la compétition avec impatience ! Charlie Dalin, à l’image des 21 autres skippers qui s’élanceront sur la Vendée-Arctique-Les Sables ce samedi, est fin prêt pour le départ de la première course de la saison, son premier test en solitaire à bord de l’Imoca APIVIA.

C’est l’un des premiers événements sportifs depuis la fin du confinement. Dans moins d’une semaine, les 22 skippers engagés sur la Vendée-Arctique-Les Sables s’élanceront au large des Sables d’Olonne sur un parcours exigeant et inédit de 3 566 milles entre les Sables d’Olonne, l’Islande et les Açores. Une véritable répétition générale au Vendée Globe, point d’orgue du programme sportif de l’Imoca APIVIA. Pour autant, Charlie Dalin n’aura pas le plaisir de remonter le mythique chenal des Sables d’Olonne. Respect des règles sanitaires oblige, c’est directement depuis son port d’attache de Port-La-Forêt que le skipper de l’Imoca APIVIA se rendra sur la ligne de départ. Le convoyage en équipage réduit est prévu ce vendredi 03 juillet en début d’après-midi.

Au-delà de la perspective sportive, la Vendée-Arctique-Les Sables doit permettre à Charlie de régler ses automatismes à bord de l’Imoca APIVIA. « Je dois commencer à m’habituer au rythme que je vais devoir prendre sur le Vendée Globe en termes de récupération, de sommeil et d’alimentation. » C’est pour ne rien laisser au hasard justement que Charlie Dalin a choisi de s’entourer d’une nutritionniste pour contrôler son alimentation. « Ça va être l’occasion de tester en conditions réelles ce sur quoi nous travaillons depuis le début de notre collaboration. ». Pour rappel, en mer, Charlie consommera en moyenne 4 000 kilocalories, soit environ le double d’un adulte à terre.

Dans l’Atlantique Nord, Charlie s’attend à une course intense, sans relâche. « On va traverser des systèmes météorologiques en permanence, il va y avoir beaucoup de changement de voiles, de manœuvres, de tour de winches. » Un test grandeur nature en solitaire pour éprouver le bateau et valider toutes les modifications effectuées cet hiver. Surtout, à 4 mois du départ du Vendée Globe, l’occasion sera belle pour se jauger à la concurrence des autres IMOCA, notamment les monocoques extérieurs au Pôle Finistère au Large avec qui Charlie à l’habitude de s’entrainer. Une perspective qui réjouit Charlie ! « Je suis quelqu’un qui aime la compétition et la confrontation ! ». Le ton est donné. Rendez-vous dans 5 jours sur la ligne de départ de la Vendée-Arctique-Les Sables.