Votre espace client Aller dans mon espace client
Défi Azimut : l’Imoca APIVIA en mode sprint à Lorient !

Défi Azimut : l'Imoca APIVIA en mode sprint à Lorient !

IMOCA APIVIA

Défi Azimut : l’Imoca APIVIA en mode sprint à Lorient !

Pour la 10è année consécutive, Lorient-La Base accueillera une nouvelle fois une épreuve nautique plutôt atypique : le Défi Azimut ! Du 9 au 13 septembre, l’évènement phare de la rentrée rassemblera une vingtaine de skippers et d’IMOCA ! Format inédit, le défi commencera par une journée de runs endiablés, suivis de 48h en faux-solitaire (Charlie sera accompagné d’un veilleur et d’un médiaman), pour finir avec le tour de Groix en équipage. L’occasion pour le skipper de l’Imoca APIVIA de se confronter une dernière fois à la concurrence en conditions de course avant le départ du Vendée Globe.

C’est une grande première pour Charlie Dalin. Le skipper de l’Imoca APIVIA participera à partir de demain au Défi Azimut à Lorient. Cinq jours de festivités pour se frotter une dernière fois à la concurrence avant le départ du Vendée Globe, avec comme point d’orgue une sortie au large de 48 heures. Même si la recherche de la performance pure passera cette fois-ci au second plan, Charlie Dalin aura à cœur de faire bonne figure devant son sponsor et les invités Apivia Mutuelle conviés à embarquer à bord d’APIVIA pour l’occasion. « Nous aurons des conditions plutôt tranquilles donc ça ne reflètera pas vraiment la réalité. Mais ça va être une dernière occasion de passer en revue toute la flotte en conditions de course, de continuer à manœuvrer, à régler le bateau… Il y a toujours des choses à apprendre sur ce genre d’épreuve ! » Pour l’équipe technique d’APIVIA, il s’agit également d’une belle opportunité de travailler les réglages après le chantier de l’été.

Et pour cette 10è édition, Vendée Globe oblige, ils seront 15 foilers sur la ligne de départ. Les bateaux sont de plus en plus performants. Tous, IMOCA à dérive compris, ont subi de grandes optimisations dernièrement. « Au dernier départ du Vendée Globe en 2016, on se disait qu’on ne pourrait pas aller plus vite. Mais si ! Les bateaux prennent des pourcentages de performance à chaque génération, alors que l’homme n’évolue pas aussi vite. Aujourd’hui, le skipper doit s’adapter à l’inconfort de la vitesse » souligne Charlie Dalin. C’est donc un beau spectacle en perspective auquel assistera le public à partir de demain entre la rade de Lorient et l’île de Groix.

Le programme de la semaine :

Mercredi 09/09 : Runs de vitesse
Jeudi 10/09 : Départ du 48h Azimut
Dimanche 13/09 : Tour de Groix