Votre espace client Aller dans mon espace client

Discret et efficace coup de maître pour APIVIA

Discret et efficace coup de maître pour APIVIA
SAMEDI 26 DECEMBRE 2020

Discret et efficace coup de maître pour APIVIA

Et dire que certains scénarios punissaient potentiellement APIVIA et Charlie, cette fin de semaine, de possibles écarts de 200 à 800 milles avec la tête de la course… Il n’en est rien, loin de là ! 30,9 petits milles (57,28 km) d’avance pour Yannick Bestaven (Maître CoQ) ce matin 9h00, qui est revenu se caler près de la route directe, reprenant la tête de la course à APIVIA. Charlie est au contact et n’a jamais cessé de mettre APIVIA dans l’avancée, gérant discrètement, mais remarquablement bien, cet anticyclone. Chapeau bas !

Cet anticyclone est, décidemment, loin d’être un antidouleur… Il continue de ceinturer la Zone d’Exclusion Antarctique, distillant ses airs piégeurs. Des petits airs que Charlie a formidablement amadoué ces derniers jours, glissant le long de la zone de glaces, en évitant de piquer trop Nord à l’image de l’option choisie par Yannick Bestaven (Maître CoQ), s’éloignant de la « route théorique », et donc hier de la première marche du podium. Et si hier, Charlie reprenait la tête de ce 9e Vendée Globe pour la redonner ce matin à Yannick, c’est surtout cette incroyable option jouée le long de la zone de glaces par Charlie qu’il faut souligner ce matin. Rappelons que certains scénarios voyaient APIVIA, en début de semaine, pris au piège de cette haute zone à risques, avec une potentielle punition de 200 à 800 milles d’écart possibles aujourd’hui ! Il n’en est rien… « J’en suis sorti vers hier début d’après-midi, explique Charlie ce matin. L’objectif pour moi était de savoir à quel moment mettre du nord dans la route pour continuer à gagner sur la route directe, mais en arrivant à décrocher à temps pour ne pas se faire engluer. Et je m’en sors plutôt bien, même très bien ! Je suis plutôt satisfait de mon option car je ne suis jamais resté bloqué. J’ai même eu plus de vent que ce qui était prévu. C’est pour cela que j’ai suivi cette option, car dans la série d’empannages, j’avais plus de vent que ce qu’annonçaient les fichiers ». Chapeau bas Charlie pour ce choix assumé, pour ce coup de pression sur la tête de la course et cette nouvelle position de leader reprise hier, et logiquement, reperdue ce matin.

Mais où en est-on concrètement ? Si Yannick est au Nord, Charlie est plus au Sud. Moins de 100 milles de décalage sur la cartographie ce matin entre les deux protagonistes. Un décalage latéral qui délivre son verdict au fil des heures, la subtilité de ce positionnement résultant de la volonté du nordiste de profiter du flux renforcé d’Est généré par une dépression au-dessus de lui et de la volonté de Charlie de rester sur la bordure Nord de l’anticyclone, sans trop s’éloigner de la route directe, en optimisant le ratio temps/distance. Deux paris pour deux chances, mais pour une seule et même allure : le près. En effet, les deux foilers ont retrouvé des airs penchés, les changements de toile, les voiles bordées pour serrer le vent et la rafale de manutention à bord pour optimiser l’assiette du bateau en « matossant » (déplaçant) les poids du bord. « C’est du près depuis le 25 au matin pour moi, termine Charlie ce matin. Et cela va rester au près pour un bon moment encore… Cela tape pas mal et reste toujours instable en force et en direction. Cela ne va pas très vite, c’est comme cela. Je vais faire du près jusqu’à la zone des glaces et après, dans trois jours, j’aurai potentiellement un petit coup de vent à venir mais après le passage d’une petite bulle sans vent. A voir… ».

Le mot à retenir :

Charlie Dalin (skipper d’APIVIA) : « Je suis assez content de moi car, c’est une de mes plus belles réussites stratégiques de ce Vendée Globe dans les mers du Sud que d’avoir eu à gérer cette bulle, sans avoir été bloqué. Je suis heureux que cela se termine bien et d’avoir réussi mon option. »

Nemo, kesako ?

Le point Nemo commence à illustrer nombre d’articles, de chroniques, de posts internet, etc. Mais, qu’est-ce que ce fameux Point Nemo dont tout le monde parle, et dont Charlie se trouve ce matin à 700 milles ? Si pour certains il s’agit du nom du Capitaine cher à Jules Verne, héros de son incroyable roman paru en 1869, Vingt Mille Lieues sous les mers, retraçant l’histoire de ce mystérieux inventeur qui parcourt les fonds des mers à bord du Nautilus, pour d’autres, il s’agit du très jeune poisson-clown orange et blanc avec sa nageoire atrophiée créé par les studios Pixar en 2003. A chacun son histoire, ou plutôt à chaque histoire sa génération… Et bien, n’en déplaise aux plus jeunes, ce point qui est considéré comme le point le plus éloigné de toutes terres, ce fameux « pôle maritime d’inaccessibilité », tient son nom du mystérieux capitaine, cher à l’écrivain nantais de romans d’aventures. Nemo, qui en latin, signifie aussi : “personne”. Pour la petite histoire, ce point a été officiellement calculé en 1992 par l’ingénieur géodésien canadien-croate Hrvoje Lukatela. Oui, ce point situé par 48° 52’ 32’’ Sud et 123° 23’ 33’’ Ouest est donc bien le point géographique le plus éloigné de toutes terres, soit à presque 2 700 km au Nord de l’île Ducie (une des quatre îles Pitcairn), au Nord-Est de Motu Nui (ilôt proche de l’île de Pâques), au sud de l’île Maher en Antarctique, à l’Ouest de l’île Chatham et l’Est du Sud du Chili. Et si l’on continue dans les anecdotes, retenez deux dernières choses : de 1. Les habitants les plus proches de Charlie en ce moment sont les spationautes des stations spatiales internationales qui croisent entre 330 et 410 km au-dessus du mât d’APIVIA ; de 2. Ce point est également utilisé comme « décharge spatiale » en raison de son éloignement de tout lieu habité. Ainsi, ce cimetière aurait déjà accueilli 250 à 300 engins spatiaux en fin de vie. Incroyable, mais vrai… Oui, le Point Nemo est bien perdu, paumé, isolé. Passionnant et tellement envoûtant…

Repères APIVIA Vendée Globe 2020/21 :

  • Date et heure de la news : samedi 26 décembre – 9h00
  • Classement : 2e
  • Distance au 1er : 30,9 milles (57,28 km)
  • Vitesse : 11,62 nœuds (21,52 km/h)
  • Cap : 124°
  • Distance à l’arrivée : 6 628,83 milles (17 832,59 km)