Votre espace client Aller dans mon espace client

IMOCA APIVIA

Opération avitaillement à bord de l’Imoca APIVIA

Depuis plusieurs jours déjà, toute l’équipe de l’Imoca APIVIA est dans les starting-blocks pour les derniers préparatifs avant le départ de la Vendée-Arctique-Les Sables. Après le contrôle sécurité validé en début de semaine, l’heure est aujourd’hui à l’avitaillement à bord du monocoque de Charlie Dalin.

On s’active sur les pontons de Port-la-Forêt, le port d’attache de l’Imoca APIVIA. Dans quelques heures seulement, Charlie prendra la direction des Sables d’Olonne d’où sera donné samedi à 15h30 le départ de la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne. Sur les 10 à 12 jours de mer, le skipper havrais en profitera pour tester son avitaillement en vue du Vendée Globe où la nutrition et l’hydratation font partie intégrante de la réussite. Côté avitaillement justement, c’est Isa Magois, Responsable logistique de l’équipe qui est à pied d’œuvre. Toute la nourriture est rangée méthodiquement dans des sacs afin de favoriser l’accès à bord pendant la course. « Nous avons embarqué quatre sacs, chacun comportant trois jours de nourriture. » Pour cette première en solitaire à bord de l’Imoca APIVIA, Charlie se contentera presque exclusivement de lyophilisés (aliments présentés sous forme déshydratée) mais également de plats appertisés (aliments stérilisés à la chaleur, dans des récipients hermétiquement clos) « afin de varier les plaisirs sur la consigne de la nutritionniste » souligne Isa.

Et puisque la performance est indissociable du plaisir, Charlie embarquera sa petite touche sucrée pour garder le moral tout au long du parcours. « Nous prévoyons six tablettes de chocolat noir, c’est la gourmandise du marin » sourit Isa. Pour s’hydrater, le skipper de l’Imoca APIVIA s’appuiera en grande partie sur le dessalinisateur installé à bord du bateau. Un dispositif qui permet de filtrer le sel de l’eau de mer pour la rendre potable et ainsi éviter au maximum d’embarquer des bouteilles en plastique. « L’eau récolté avec le dessalinisateur étant assez fade, nous donnons à Charlie des pastilles pour parfumer l’eau. Mais attention, ce n’est pas du sirop ! » précise Isa.